jules rouget

Jules Rouget envoyé spécial de « La Dépêche », a réalisé une interview exclusive, du professeur Alain Clavien qui revient sur la trajectoire méconnue de Paul Cantonneau ce personnage qui a charmé Hergé.





Rencontre avec Paul Cantonneau





Jules Rouget : Comment Paul Cantonneau le Belge s'est-il retrouvé à enseigner à Fribourg ?

A ses débuts en 1890, l'Université de Fribourg est une université hors sol. Pendant plusieurs années, le temps que la plante s'enracine, il faut recruter à l'étranger les professeurs pour la faire vivre. C'est le cas du professeur Paul Cantonneau. Ce dernier est engagé en 1916 pour assurer la succession du Français Jean Brunhes qui avait créé l'institut de géographie de l'Université de Fribourg en 1896 et qui avait quitté le navire pour des eaux parisiennes en 1912.

Jules Rouget : En 1916, Cantonneau n'arrive pas à Fribourg en terra incognita.

En effet. Car durant son enfance,le petit Paul passe souvent ses vacances à Fribourg, dans la famille maternelle qui habitait une ferme au Guintzet. Sa mère, née Aeby, avait émigré en Belgique pour servir d'intendante à la cour du roi Léopold Ier. Fils unique, le futur professeur voit le jour en 1866 dans une petite bourgade belge, Moulin de Sarthe. Elève très prometteur, il mène de brillantes études de sciences à l'Université catholique de Louvain et il est nommé rapidement professeur dans un lycée de Bruxelles.

Jules Rouget : Comme vous l'écrivez, la Grande Guerre a failli le détourner de l'enseignement.

On lui prédisait un brillant avenir dans le monde académique. Mais contre toute attente, il s'engage, à 48 ans, comme volontaire dans les troupes sanitaires, avec le grade de lieutenant. En août, il est fait prisonnier par les Allemands et il est interné dans un camp de prisonniers militaires en Saxe. Le pauvre Paul Cantonneau y contracte la tuberculose. En 1916, il fait partie des premiers prisonniers de guerre gravement malades qui sont internés en Suisse, suite aux négociations ardues entre la France et l'Allemagne menées grâce aux bons offices helvétiques et sous l'égide de la Croix-Rouge.

Jules Rouget : Dans son malheur, la tuberculose lui permet de renouer avec ses origines.

Par un étonnant hasard, il est interné. à Fribourg. Cela arrange bien l'université qui trouve ainsi à portée de main, un professeur de géographie providentiel. Car il faut savoir qu'à ce moment, l'institut de géographie est en crise. Le professeur qui a succédé à Brunhes ne donne pas satisfaction. Comme on le dit avec beaucoup de ménagement dans l'« Histoire de l'Université de Fribourg », publiée en 1992 sous la direction du professeur Roland Ruffieux, je cite, « avec son successeur [de Brunhes], Girardin, la géographie fribourgeoise entra dans une phase de recueillement ».

Jules Rouget : Comment se passent les retrouvailles entre Cantonneau et Fribourg ?

Il s'entiche rapidement de la ville et de sa situation si particulière. Il publiera quelques années plus tard dans une revue anglaise un article remarqué, et toujours cité aujourd'hui, sur le métamorphisme des molasses fribourgeoises. Mais il ne s'intéresse pas qu'aux pierres: l'officier belge charme une jeune fille de la Basse-Ville qu'il épouse bientôt.

Jules Rouget : S'il a laissé de bons souvenirs parmi ses étudiants, Cantonneau a légué peu d'écrits, pourquoi ?

Son travail à Fribourg a été avant tout celui d'un pédagogue, il a formé des générations d'excellents géographes, au détriment peut-être de ses recherches, puisque les années vingt ne verront paraître que l'article sur les molasses fribourgeoises.

Jules Rouget : Au final, quelle place occupe-t-il dans l'histoire de l'université ?

Dire que Cantonneau fut un important personnage du monde intellectuel et culturel fribourgeois serait trop dire. D'un naturel discret, fuyant les mondanités, il a laissé l'estimable souvenir d'un professeur très apprécié par ses étudiants. Il faut relever qu'il a participé, à l'aube de sa retraite,à deux missions scientifiques internationales qui firent sensation.

La première est l'expédition dirigée par le professeur Hippolyte Calys, et organisée en 1942 par le Fond Européen de la Recherche Scientifique (F.E.R.S.). Cette expédition navale dans l'océan Arctique avait pour objectif de repérer un gros morceau de météorite tombé en mer que l'on soupçonne de contenir des métaux nouveaux.

La seconde grande expédition à laquelle il participa en 1946 fut plus spectaculaire encore, puisqu'il s'agit de la fameuse expédition péruvienne dirigée par le professeur Sanders-Hardmuth qui, au terme de quelques mois épuisants à travers les contreforts amazoniens des Andes, découvrit plusieurs tombeaux incas. Autant que par les objets découverts, cette expédition fit parler d'elle parce que l'un après l'autre, ses membres tombèrent gravement malades quelques semaines seulement après leur retour en Europe.

On évoqua à ce propos les égyptologues décédés peu de temps après avoir découvert, ou violé, le tombeau égyptien de Tout Ankh Amon, en 1922, ce qui avait donné naissance à la rumeur de la malédiction du Pharaon. De manière incompréhensible, Cantonneau sombra ainsi d'un coup dans une profonde léthargie, qui avait déjà affecté plusieurs de ces compagnons, une léthargie interrompue par des accès de violents délire de persécution. A la surprise des médecins, son état s'améliora rapidement, comme celui de ces compagnons du reste, au bout de quelques semaines. L'hypothèse d'un champignon vénéneux dans les tombeaux incas est celle qui fut généralement retenue, mais l'affaire n'a jamais été véritablement éclaircie.

Jules Rouget : Un dernier voyage qui lui coûta cher.

Oui, car le professeur fribourgeois ne se remit jamais complètement de cette curieuse maladie: ancien tuberculeux, plus tout jeune, il décédera quelques années plus tard, en 1949, dans une indifférence presque totale.


Propos recueillis par Samuel Jordan dans «La Liberté» (Fribourg, Suisse) du 13 octobre 2012.
Et publié avec l'aimable autorisation de l'auteur, Alain Clavien.

Portrait du professeur Paul Cantonneau

Portrait du professeur Paul Cantonneau.


Les présentations sont faites

Les présentations sont faites.


Bienvenue à bord

Bienvenue à bord !!


Le rire satanique de Philippulus

Le rire satanique de Philippulus.


Le professeur est sujet au mal de mer

Le professeur est sujet au mal de mer.


Un ami personnel de Tintin

Un ami personnel de Tintin.


La malédiction de Rascar Capac

La malédiction de Rascar Capac.


Chronique Précédente  Chronique Précédente.   Sommaire  Retour sommaire chroniques  Chroniques   Chronique Suivante.  Chronique Suivante



l'Echo de Sanfacion

Haut de page